Comment faire des improvisations cohérentes à la guitare ?

Comment faire des improvisation cohérentes ?

faire des improvisations cohérentes guitare

Au départ quand on improvise, il n’est pas évident d’être cohérent, nos notes de début ou de fin de phrase ne vont pas être bien sélectionnées.

On va donc sonner de manière hasardeuse et incertaine, ce peut vite devenir frustrant et décourageant.

Malgré tout, pour faire de belles improvisations et commencer à sonner comme un pro, il faut pratiquer et s’entraîner régulièrement sur des backing track et sans backing track.

Il faudra ainsi t’exercer à développer ton instinct qui te fera automatiquement finir et commencer sur des notes cohérentes à terme.

C’est comme apprendre à conduire, au départ il faut faire attention à tout et on ne peut pas se focaliser sur une chose en particulier.

On galère à se placer, passer les vitesses, anticiper etc…

Dès que ces automatismes sont acquis, on gagne alors énormément de liberté et on peut commencer à faire ça correctement.

En guitare ces automatismes se traduisent par une faculté croissante en impro d’avoir un jeu cohérent sans qu’on ait réellement à réfléchir, cela devient instinctif.

Nos doigts se placeront d’instinct, notre cerveau accueillera ce flot musical constant et se laissera porter par ce flux pour nous permettre de nous exprimer sincèrement.

Ça va peut-être te paraître étrange mais sur le long terme il est important de développer une certaine pureté mentale pour s’exprimer et enrichir son jeu.

Toutes les substances ou sortes de drogues détruisent le cerveau et ne font que briser les capacités cognitives nous permettant de créer notre musique.

solo guitare improviser

Il en va de même pour la mauvaise nourriture.

Tout ce qui n’est pas sain pour notre corps, ne l’est pas non plus pour notre esprit, et c’est avec la force de ceux-là que l’on est plus ou moins capable de progresser, d’avancer et d’atteindre nos objectifs à long terme qu’ils soient musicaux ou même simplement en rapport avec notre vie.

Certains pensent l’inverse et prétendent mieux jouer sous l’influence de drogues.

C’est faux.

La drogue est juste un moyen plus rapide de perdre le contrôle, de s’évader et d’apprécier tout ce que l’on va faire même si c’est médiocre.

Il y a évidemment des contres-exemples d’excellents musiciens qui se droguaient (Jimi Hendrix, Gary Moore…) mais ça n’est pas la raison pour laquelle leur musique était belle.

C’est d’ailleurs une image négative qui perdure et beaucoup de personnes considèrent les musiciens de cette manière alors que le travail et la passion en arrière-plan est la plus puissante et représente une sensation que ces gens là critiquant ne ressentiront malheureusement jamais.

Si tu ne l'as pas déjà fait : réponds à ce mini quiz qui va te permettre de faire un point sur ton niveau et de prendre conscience de l'état d'esprit à adopter pour aller de l'avant dans ta pratique (durée estimée : 1 min). ► Faire le point sur mon niveau 

Je m’éparpille un peu donc je vais revenir au sujet de l’article.

1. Jouer sur des Backing Track

C’est le moyen le plus simple et le plus efficace d’expérimenter tes capacités de solistes et de les perfectionner avec un support vraiment aidant.

Au départ le plus gros du travail doit s’effectuer sur des backing track pour trouver des schéma de cohérence entre ce que tu entends et ce que tu joues au même instant.

Par la suite, à partir d’un certain stade, il sera intéressant de se mettre à jouer aussi sans backing track seul.

guitare backing track solo

2. Jouer sans Backing Track

Pourquoi jouer sans backing track ?

Tout simplement jouer et créer une atmosphère et de la musique seul sans aucun support en totale improvisation est beaucoup plus difficile que d’improviser sur un backing track qui nous porte.

Si on réussi à être musical sans autre support que nous même de manière indépendante alors on sera susceptible de décupler nos capacités sur un support nous correspondant, c’est évident.

3. Commencer à s’intéresser doucement à la théorie, aux modes et aux intervalles

On peut improviser régulièrement « à l’aveugle » en jouant avec nos positions de gammes apprises mais cette pratique aura ses limites.

On arrivera à un moment à un palier au au niveau duquel on ne pourra que très difficilement faire évoluer nos improvisations sans un minimum de notions théoriques acquises et prêtes à être directement appliquées en pratique.

Parfois il peut-être bon de lâcher un peu sa guitare et de rechercher les logiques de la construction du manche et le rapport des notes entre-elles. 😉

4. D’autres astuces à apprendre et à appliquer !

J’ai traiter bien d’autres astuces dans les articles suivants qui seraient susceptibles de t’intéresser :

J’espère que ces conseils t’aideront dans ta progression !

N’hésite pas à aller faire un tour sur ma chaîne Youtube ;).

Sur ce je te souhaite une très bonne pratique et je te dis à la prochaine !

Luc

Voir aussi :

Share
Top