Comment contrôler ses émotions pour plus de progrès sur sa guitare ?

Comment contrôler ses émotions mieux jouer de la guitare ?

gérer ses émotions

Le problème que l’on rencontre souvent chez les artistes (dont les musiciens) est une instabilité émotionnelle accrue.

Ce n’est évidemment pas uniquement valable pour les artistes et d’autres gens qui ne sont pas ou n’ont pas développer leur fibre artistique peuvent évidemment être tout aussi instables.

En fait la majorité des gens sont instables malgré eux mais là on parle de musique donc autant l’appliquer à nous, musiciens. 😉

Les problèmes que le musicien rencontre durant son cheminement sont nombreux : remise en question, découragement, lutte intérieure, désespoir, envie, auto-sabotage, prise de grosse tête, abandon, douleurs physiques … bref.

Tous ces obstacles font parti du jeu et doivent être tôt ou tard affrontés.

Le problème du musicien lors de son cheminement est qu’il est instable émotionnellement et dépendra de ces dernières pour se mettre sur son instrument et prendre du plaisir dans son cheminement.

Néanmoins, si on dépend du beau temps pour être heureux et productif et bien on n’ira pas bien loin.

Regardez autour de vous et constatez à quel point les gens dépendent du temps qu’il fait pour se sentir bien ou mal, c’est stupéfiant.

Pourquoi être malheureux durant si longtemps pour quelque chose sur lequel on a pas de contrôle.

Le but va donc être, si tu es dans ce genre d’instabilité, de revenir à la normale et de te reconnecter avec toi même.

1. Contrôler ses émotions par l’action

L’action est le principal moteur de toutes les résolutions de problèmes quels qu’ils soient.

Nous sommes conçus pour agir et il en va de notre nature. La flemme et l’abandon se sont pas pour nous, jamais.

Pourquoi donc l’action ?

C’est très simple je parle de temps en temps de rituel dans mes vidéos. En quoi consiste le rituel ?

comment contrôler ses émotions

Il s’agit d’une action répétée et répétée encore et encore chaque jour sans jamais aucune interruption par exemple : manger un fruit le matin, méditer, faire une séance de sport ou une séance de pratique musicale.

Tous sont des rituels ou du moins peuvent le devenir s’ils ne le sont pas encore.

Si vous prenez l’habitude de répéter une action précise en voulant jour après jour l’effectuer de la manière la plus parfaite qui soit vous allez dissocier l’action de votre dépendance émotionnel.

Et c’est là que le miracle s’opère. Les rituels sont des contrôleurs d’émotions.

Car peu importe le temps qu’il fait dehors, votre état émotionnel du moment, votre monde intérieur peut-être agité, vous agirez quand même et vous vous rendrez alors compte que vous ne devez pas prêtez attention à vos mauvaises pensés.

Et que plutôt de vous lamenter, de baisser les bras comme un défaitiste que j’étais avant, vous vous lèverez et vous avancerez peu importe la situation.

S’il y a une tempête pas de problème, j’y vais.

Les rituels permettent aux artistes déboussolés et avec un mode de vie pas vraiment adapté à leur rêve de revenir se centrer sur eux-mêmes et d’arrêter d’être complètement dans les nuages à rêver d’un monde de bisounours utopique.

Il s’agit du problème des artistes : le contrôle émotionnel.

Et retenez le bien sans contrôle émotionnel aucune réussite n’est possible.

Après certains pourront me dire oui mais si on a du contrôle notre art meurt !

A cela je répondrai : pas du tout et bien au contraire.

Le fait de contrôler ses émotions nous permet de rester solides lors de sales périodes et d’ouvrir les vannes comme bon nous semble lors de phases de créativité intense.

On adapte simplement notre manière de les utiliser et elles deviennent ainsi nos amies exploitables à 200%.

Si tu ne l'as pas déjà fait : réponds à ce mini quiz qui va te permettre de faire un point sur ton niveau et de prendre conscience de l'état d'esprit à adopter pour aller de l'avant dans ta pratique (durée estimée : 1 min). ► Faire le point sur mon niveau 

2. Cessez de chercher le plaisir instantané dans la pratique

Le plaisir instantané dans la pratique est le meilleur moyen de ne pas avancer et de ne pas progresser à la hauteur des objectifs que l’on veut réaliser.

Voici quelques exemples de plaisirs instantanés :

  • Jouer des chansons que l’on connait déjà parfaitement et qu’on a déjà joué et rejoué
  • Improviser sur des backing track basiques sur lesquels on se débrouille bien sans essayer de passer au niveau supérieur
  • Se contenter d’une seule technique et ne faire que ça : sweeping, tapping etc…
  • Ne pas essayer de jouer au doigt sous prétexte qu’on est un joueur conçu pour le médiator…

Etc etc etc…

Toutes ces zones de confort vous tireront toujours vers le bas durant votre progression.

progrès à la guitare

Ce qu’il faut faire maintenant c’est repérer ces zones de confort et ces sources de plaisir instantané et les diminuer pour que le plus gros de la pratique se fasse de manière sérieuse et intelligente pour un maximum de résultats.

Alors certains vont penser : « mais jouer d’un instrument c’est se faire plaisir non ? »

Oui exactement mais le plaisir n’est pas forcément instantané bien que ça soit sa forme la plus connue et la plus mise en avant dans nos société modernes de consommation.

Le vrai plaisir se trouve sur le long terme et il n’est pas donné à tout le monde de trouver cette réalisation de soi dans un domaine précis qui l’anime et déclenche une flamme très forte au fond de lui-même.

Le but est néanmoins que l’on prenne plaisir en devenant très minutieux et en savourant chaque instant de pratique même s’il s’agit de répéter un exercice 1000 fois jusqu’à ce qu’il soit parfait ! 😉

On ne naît pas avec cette flamme. Cette dernière se forge avec le temps et il n’est pas toujours aisé de la développer, cela prend du temps mais une fois que le feu est là, les choses continueront de manière fluide.

Certes, il y a des choix à faire, des relations à réduire ou à couper complètement, des questions à se poser, mais le plus important est de passer à l’action.

Ne regrettez pas ce que vous n’aurez pas pris la peine de faire dans 10 ans.

N’oubliez pas que l’on ne possède qu’une seule précieuse vie et que celle-ci est trop courte pour être gaspillée dans des futilités vides de sens.

Cette flamme peut se développer et augmenter en intensité et en chaleur de jour en jour.

Il n’appartient qu’à l’artiste ou à la personne souhaitant le devenir de ramener des bûches quotidiennement pour entretenir ce feu intérieur synonyme de réussite.

Entretenez ce feu, entretenez vos ambitions, entretenez vos valeurs, votre personne et vos rêves.

Ne les laissez pas disparaître dans la majorité qui a malheureusement renié absolument tout ce dont elle rêvait.

Faites attention et diriger vous dès maintenant vers ce qui vous anime avant qu’il ne soit trop tard.

J’espère que cet article t’a plu et t’aidera dans ton cheminement.

A bientôt.

Luc

Voir aussi :

Share
Top