Apprendre la guitare : [Déblocage COMPLET]

Pour apprendre la guitare beaucoup de guitaristes cherchent une astuce miracle qui leur permettrait d’apprendre la guitare et de savoir jouer parfaitement le plus rapidement possible.

apprendre-la-guitare

Et peut-être que c’est votre cas aujourd’hui.

On peut bien évidemment retrouver ce phénomène lorsqu’on se met à un sport ou à une activité quelconque.

En fait on va simplement s’imaginer en train d’exceller dans un domaine que l’on ne maîtrise pas encore.

On va donc se faire des films durant toute la période précédant le réel passage à l’action

Et évidemment lorsqu’on se retrouve sur la guitare pour les premières fois, ça ne se passe pas comme ça.

Néanmoins nous ne sommes pas obligés d’aborder la pratique comme cela.

Et j’ai constaté au cours de mon apprentissage et avec mes élèves qu’il était possible d’apprendre la guitare efficacement en se faisant vraiment plaisir à condition d’appliquer de bonnes méthodes et de développer un bon état d’esprit.

Mais pourquoi cela nous parait-il alors extrêmement difficile ?

Pourquoi la majorité des débutants dans un domaine et particulièrement dans l’apprentissage de la guitare abandonnent ?

Et cela avant même d’avoir dépassé ne serait-ce que d’un tout petit pas le stade de débutant ?

Et bien tout simplement car l’image qu’ils avaient construite d’eux-mêmes avant la mise en route de leur apprentissage était trop grande.

Ils avaient mis tellement d’énergie à construire une image et à s’imaginer jouer comme des pro avant même d’avoir saisi leur instrument pour la première fois que la déception fut énorme.

Et absolument rien n’a été en concordance avec leurs attentes disproportionnées.

Ce phénomène touche absolument tous les guitaristes sans exceptions et m’a évidemment touché et frappé de plein fouet à mes débuts.

Si tu t'intéresses aux modes, voici mon cours d'initiation pour les aborder de la manière la plus simple possible et sans théorie.
Il s'agit là d'un incontournable pour débuter dans les modes lorsqu'on ne sait pas par où commencer qui a déjà aidé de nombreux guitaristes.
Accéder au cours ► Les Modes Faciles [sans théorie] (Il ne s'agit pas là d'un cours conventionnel et les notions abordées sont volontairement simplifiées.)

Voilà pourquoi la plupart de ceux qui commencent la guitare abandonnent rapidement et pourquoi tout le monde cherche le résultat rapide et instantané.

Or comme on peut aisément le constater, tous les domaines nécessitent du temps et de l’énergie pour être maîtrisés.

TOUS sans exception.

Si vous voulez atteindre une certaine maîtrise il vous faudra être régulier assidu et discipliné, il n’y a pas d’autres secrets.

Les astuces et les raccourcis que je propose pour progresser plus rapidement et avancer sereinement dans ton apprentissage de la guitare sont efficaces pour diminuer le temps qui s’élève entre ton niveau actuel et le résultat désiré mais ils ne remplaceront pas ton passage à l’action.

Alors évidemment les objectifs à la guitare peuvent-être différents d’un pratiquant à un autre.

Il faut donc simplement déterminer quel sera notre temps de pratique minimum viable à effectuer chaque jour et nous y tenir tout en essayant de nous fixer de petits objectifs à court-moyen terme pour toujours apprécier notre progression au jour le jour.

Je vais vous présenter ici un guide complet qui va vous permettre d’aborder l’apprentissage de la guitare plus sereinement pour progresser efficacement.

Il s’agit vraiment de la base pour progresser durablement !

1. Pratiquez régulièrement !

C’est la base de toute progression, de tout apprentissage aboutissant à des résultats solides et stables.

La pratique régulière va améliorer votre mémoire musculaire et vous permettre d’habituer votre corps plus rapidement à l’instrument.

Si vous pratiquez tous les jours c’est un peu comme un train, vous allez mettre un peu de temps à démarrer mais dès que vous allez commencer à gagner en vitesse, vous conserverez votre allure sur le long terme pour atteindre une bonne vitesse de pointe !

A l’inverse si vous pratiquez une fois par semaine, c’est comme si vous essayiez de démarrer la machine en une fois en jetant un gros sac de charbon dans la chaudière pour la faire tourner puis que vous la laissiez se démerder le reste de la semaine. 

Bon et bien le résultat logique, c’est que votre train ne va pas avancer et que vous progresserez beaucoup moins vite.

Jouer 15/20 minutes par jour est beaucoup plus rentable en résultats que de jouer 5h une fois par semaine et crois moi j’ai pu le constater et l’expérimenter.

Une pratique intelligente peut vraiment réduire la durée nécessaire pour atteindre un bon niveau !

2. Faites-vous confiance

plan de travail guitare

Vous pouvez apprendre la guitare, vous pouvez progresser, comme n’importe qui.

Ayez-confiance en vos facultés d’apprentissage et sentez-vous capable d’arriver à vos fins.

Un bon état esprit participe énormément à la progression et à tout le plaisir que l’on va pouvoir prendre lors de la pratique !

Il ne faut pas le négliger cet état mais le cultiver pour l’améliorer de jour en jour !

Il ne s’agit là d’apprendre à toujours voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide et de développer une certaine estime de soi.

3. Apprenez à vous faire plaisir sur votre guitare

Le plus important est que vous appreniez à vous faire plaisir sur votre guitare dans n’importe quelle condition.

Beaucoup de guitaristes débutants ou intermédiaires ne se font plaisir que lorsqu’ils vont jouer leurs morceaux préférés.

C’est évidemment génial et moi-même je prends beaucoup de plaisir à faire cela.

Néanmoins il ne faut pas que ce point soit le seul et unique point dans lequel vous allez retirer tout votre plaisir et voir les autres aspects de la pratique comme des corvées nécessaires pour arriver à vos fins.

Jouer n’est qu’un aspect de l’apprentissage qui a son importance.

Mais il se doit d’être couplé avec d’autres aspects qui peuvent effectivement apparaître comme ennuyeux et décourageant à nos débuts comme :

  • Les exercices techniques pour progresser en précision, en vitesse, en synchronisation main droite/main gauche, en rythme etc…
  • L’apprentissage d’accords, de gammes, de théorie…
  • L’apprentissage de l’improvisation

Le mieux est de travailler ce type d’exercice avec musicalité pour progresser à la fois techniquement et musicalement.

Ainsi on ne perd pas cette sensation de jouer de la musique lors de nos exercices.

Si vous considérez ces aspects de la pratique comme chiants vous n’allez pas vraiment pouvoir aller au fond des choses et progresser durablement.

Vous préférerez vous reposer sur vos acquis et votre niveau ne décollera pas. En tout cas c’est ce qu’il se passait pour moi il y a quelques temps.

Et si vous vous focalisez uniquement là-dessus, cela aboutira forcément à une période de stagnation à durée indéterminée.

La solution est donc simplement d’apprendre à pouvoir se faire plaisir dans tous les domaines de la pratique même s’ils peuvent aux premiers abords ne pas paraître très funs.

Aujourd’hui j’arrive à me faire plaisir sur ces points là parce que je sais à quoi cela va me servir et ce que ça va m’apporter si je le pratique régulièrement.

Si vous avez un objectif précis et que pour l’atteindre tu sais pertinemment que tu dois pratiquer tel ou tel exercice ou apprendre telle ou telle notion théorique, alors vous pouvez instantanément prendre du plaisir à le faire.

Car effectivement vous avez en ligne de mire ce que vous voulez accomplir et vousêtess alors désireux d’y arriver.

4. Entrainez votre rythme

Le rythme est essentiel à la musique, s’il n’y a pas de rythme, il n’y a pas de musique, même si toutes les notes sont justes.

Et beaucoup de guitaristes ne prennent pas réellement la peine de le travailler.

Disons que le rythme se travaille en permanence au cours de notre apprentissage en fonction de comment on pratique.

Si vous vous habituez à jouer avec un métronome ou une boîte à rythme vous allez naturellement améliorer votre rythme de manière régulière.

De la même manière, en faisant attention à jouer tout ce que vous allez apprendre en rythme même lorsque vous allez simplement vous entraîner à jouer un plan dans le vide.

Pour avoir un bon rythme il faut aussi pratiquer sur des tempos variés. Un travail sur un rythme très lent va être essentiel pour être à l’aise sur un rythme rapide.

guitare-électrique

5. Entrainez vos oreilles

Travailler ses oreilles est vraiment super utile.

Il te permet à terme de reconnaître des intervalles de notes, des gammes, des accords, de savoir où vous vous situez sur votre manche et de retrouver instinctivement la position des notes qui vont sonner.

Vous pourrez de la même manière retrouver quasi-instantanément une mélodie sur votre guitare en l’entendant.

6. Ecoutez beaucoup de musique et des styles variés

L’écoute de la musique est importante et vous permet de travailler de manière passive.

En effet en écoutant de la musique vous sensibilisez votre cerveau et lui envoyez des informations harmoniques que vous serez susceptible de réutiliser à votre manière lors de votre progression pour improviser ou composer par exemple.

Et vous n’êtes pas obligé d’écouter uniquement de la guitare bien au contraire.

J’écoute beaucoup de guitaristes (blues, jazz, métal néoclassique, fusion…) mais il m’arrive aussi d’écouter du classique, de la musique électronique et biens d’autres styles.

7. Prenez des cours

Prendre des cours de guitare peut évidemment être un bon moyen d’obtenir une ligne directrice et des pistes utiles et efficaces pour progresser en toute sérénité, surtout à nos débuts.

Evidemment ça n’est pas le cas de tous les profs, mais ça peut vraiment vous apporter beaucoup et vous éviter de partir dans tous les sens, tomber dans des pièges et prendre de mauvaises habitudes.

8. Soyez exigeant dans votre apprentissage de la guitare

En général lorsqu’on entend cela on se dit que cela engendre beaucoup de souffrance pour celui qui l’applique et que tout le plaisir passe aux oubliettes au profit de « l’exigence ».

Néanmoins un guitariste exigeant avec lui-même sait pourquoi il agit ainsi.

Il sait qu’à certains moments cela peut effectivement s’avérer difficile et pas forcément agréable mais il le fait quand même et ne doit pas en démordre.

Et en réalité il apprend à se faire plaisir tout en augmentant son niveau d’exigence.

Mais pourquoi est-ce vraiment difficile en réalité ?

Lorsqu’on commence à être intransigeant avec soi-même et à nous discipliner dans notre pratique, on va devoir faire face régulièrement à des remises en questions et des doutes car on va devoir faire face à tous nos points faibles :

« Je suis complètement nul, je n’y arriverai jamais, je ne sais rien faire, mon jeu est pourri, c’est trop dur… J’abandonne… »

Voici les pensées qui peuvent venir perturber votre progression.

Voilà pourquoi il nous faut-être intransigeant avec nous-même et ne plus rien laisser passer, pour apprendre à faire face à ses démons.

Alors concrètement comment faire ?

9. L’intention de la perfection à la guitare

apprendre-la-guitare-seul

On ne peut évidemment pas jouer parfaitement du jour au lendemain en ne faisant plus aucune erreur, en gardant un jeu propre, précis et mélodieux à chaque instant et en toutes circonstances.

Il faut accepter ses propres imperfections car certaines d’entre-elles font entièrement parties de nous-mêmes.

C’est pourquoi il ne faut ni se sous-estimer, ni se sur-estimer.

Il faut trouver la place qui nous correspond et nous y installer.

Vous ferez à la perfection ce que vous êtes actuellement capable de faire dans l’instant, ni plus, ni moins.

En cherchant cette place et ce niveau en permanence, vous vous placerez peu à peu dans cette zone étant conçue sur mesure pour vous et correspondant parfaitement à vos attentes.

De ce fait vous n’aurez plus de frustration et vous pratiquerez de manière plus posée et plus relaxée.

Cela aura pour effet de propulser votre niveau guitaristique et de le tirer vers le haut ce qui peut paraître paradoxal.

Vous pourrez ensuite peaufiner cet état de jour en jour tout en gardant cette intention constante de faire les choses bien.

Efforcez-vous donc de garder un jeu propre en toutes circonstances sans bruits parasites.

Focalisez votre attention sur votre corps et sur vos mains lorsque vous allez pratiquer.

Privilégiez un jeu lent en prenant soin de vous assurer que les tensions disparaissent de votre corps.

Du moins essayez toujours de garder le moins de tensions possibles dans votre jeu.

L’intention fait des miracles si elle est appliquée et perfectionnée sur le long terme donc je vous suggère d’être dès maintenant intransigeant et exigeant envers vous et votre pratique musicale.

Vous n’avez pas besoin de faire passer le plaisir aux oubliettes en pratiquant ainsi.

Vous verrez que ça n’est pas sorcier et cela ne fait pas souffrir au contraire, cela rend fier de soi et apporte du résultat concret et durable.

Néanmoins vous allez devoir vous confronter à différentes excuses qui vont potentiellement altérer vos progrès à la guitare et on va voir tout de suite de quoi il s’agit.

Les excuses qui t’empêchent d’apprendre la guitare

Qu’est ce qui vous empêche d’apprendre la guitare ?

Peut-être qu’aujourd’hui vous voudriez vous exprimer et développer une certaine liberté sur votre instrument.

Lorsqu’on progresse sur notre guitare et qu’on est amené à rencontrer difficultés et challenge sur notre chemin plusieurs façon d’aborder les choses vont se présenter à nous :

  • La première possibilité est de foncer tête baissée jusqu’à avoir réussi à exploser le problème rencontré.
  • La deuxième possibilité consiste à réfléchir à la manière la plus efficace et la plus rapide pour résoudre ce problème et d’agir rapidement.
  • La troisième possibilité consiste à se perdre dans un cheminement de réflexion plus long et d’agir plus tard ou très lentement.
  • Puis la quatrième possibilité consiste à se décourager et à abandonner en se trouvant une excuse pour se dédouaner de toute responsabilité.

Et il s’agit des excuses nous menant dans la zone inactive et passive de la quatrième possibilité qu’on va voir ici.

Ces excuses sont fréquentes chez bon nombre de pratiquants désirant arriver à leur fin.

J’ai donc décortiqué ces mauvaises habitudes mentales que j’ai pu repérer chez bon nombres de guitaristes pour vous permettre de les détecter chez vous pour que vous avanciez au mieux dans votre cheminement musical.

1. Excuses physiques

Cette excuse m’a touché et je me disais par moment que mes mains étaient trop fines, trop petites, pas assez fortes etc…

Cette excuses te dédouane de tout car il s’agit directement de quelque chose que tu ne peux pas changer : ton corps.

Il est donc très facile de se dire qu’on ne peut pas jouer et atteindre nos objectifs sous prétexte que nos mains ne sont pas adaptées à l’instrument.

On peut voir les choses ainsi de manière négative.

Mais au lieu de voir le verre à moitié vide on peut aussi le voir à moitié plein.

Il suffit alors de se dire : « Ok, j’ai été conçu de cette manière, c’est qu’il y a une raison. Mes attributs physiques et psychiques doivent s’aligner avec ma future identité musicale. »

Si j’ai les doigts fins alors je vais pouvoir avoir davantage de précision et de finesse.

Si j’ai les doigts longs, je vais pouvoir exploiter des écarts plus intéressants.

Si j’ai les doigts gros et forts je vais me focaliser sur l’énergie que je pourrais donner à mes bend à mon vibrato et à la force d’impact de ma main droite sur les cordes, que la force se ressente à travers mon jeu.

Vous pouvez donc te retrouver dans ces branches : Force, Finesse, Longueur (et même dans plusieurs d’entre-elles à la fois).

Evidemment ces trois aspects peuvent se combiner et se travailler pour chacun d’entre nous mais nous possédons un avantage et un point prédominant qui nous est propre, le tout est de le trouver et de l’exploiter.

Vous voyez, le physique a un sens, et les doigts longs et fins ne sont pas la seule option pour jouer de la guitare. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, focalisez-vous toujours sur les avantages que vous offrent vos qualités.

méthode-guitare

2. Je n’ai pas le temps

Il s’agit d’une excuse très employée et pas uniquement dans le domaine de la guitare. Le « je n’ai pas le temps » et la procrastination peuvent être de puissants ennemis et vous empêcher de progresser.

Le temps peut être utilisé et exploité au mieux avant qu’il n’en reste plus du tout à notre compteur. Il est précieux.

Une existence est courte en ce monde, plus vite vous décidez de passer à l’action sans retenue, plus vite vous utiliserez le temps à votre avantage pour manifester les résultats que vous voulez obtenir ici et maintenant.

Nous avons tous le même temps à disposition, les mêmes journées en excluant les autres conditions extérieures.

Maintenant il y a du travail, rien ne sert de mentir.

Il faut se brusquer et se dépasser un minimum pour remarquer que nous sommes capables de beaucoup de choses puis nous dépasser encore davantage et ainsi de suite pour rentrer dans un cercle vertueux.

C’est une aventure plutôt enrichissante et intéressante pourquoi ne pas la tenter ?

3. Ouais mais lui il en fait dix heures par jour

Sérieusement, aujourd’hui j’en fait personnellement plusieurs heures par jours mais je ne suis pas à 10 heures et ce rythme est évidemment élevé.

Néanmoins Steve Vai en faisait 15h par jour pour info et disait apprendre extrêmement lentement comparé à d’autres. Son travail a payé.

Mais encore une fois ici il s’agit d’une question de choix.

Néanmoins cela n’est pas fait pour tout le monde et ne t’inquiète pas, on n’est pas obligé de tenir un tel rythme pour pouvoir se faire plaisir sur son instrument, pas d’inquiétude.

Il faut le sentir et le tester et je ne l’ai personnellement pas encore testé sur le long terme.

En testant les choses on peut être apte à savoir si cela peut nous convenir.

Après évidemment les activités professionnelles et les vies de famille ne permettent pas toujours une longue pratique et dans ce cas mieux vaut sélectionner un créneau dans la journée de 1h lors duquel on peut pleinement se concentrer.

On peut faire de très gros progrès avec une telle pratique régulière.

Et c’est avec une pratique régulière que j’ai pu progresser.

Il est donc toujours bon de se pousser dans nos retranchements pour savoir comment nous réagissons.

4. Le matériel je n’ai pas le bon

guitare-débutant

Les excuses matérielles sont les plus infondées. Sauf dans le cas extrême où on ne pourrait même pas obtenir une guitare bas de gamme mais bon tu n’en es surement pas là.

La guitare n’est qu’un outil.

Vous pouvez apprendre à le maîtriser et vous adapter sur différents modèles et je suis là pour vous aider et vous accompagner sur cette voie.

Vous possédez néanmoins une affinité particulière avec un modèle précis de guitare et ce modèle il faut le trouver.

Mais si votre technique est insuffisante vous serez alors incapable de faire la réelle différence entre les sensations sur plusieurs instruments.

Personnellement j’aime les guitares fines, légères et maniables.

Mais vos progrès ne doivent pas dépendre de votre matériel.

Si pendant un temps vous devez jouer sur un instrument pas terrible… C’est OK, faites avec et vous progresserez quand même.

Puis lorsque vous passerez sur du bon matériel vous ressentirez davantage de confort, de plaisir et de facilité comme si vous découvriez un nouveau monde.

Mais ne vous prenez pas trop la tête avec l’aspect purement matériel.

Si vous n’avez pas le matériel de vos rêves aujourd’hui ça n’est pas grave.

Certains accumulent du matériel et un nombre incalculables de guitare sans savoir ce qui leur correspond.

Si vous vous connaissez vraiment vous n’avez besoin que d’une seule guitare, gardez cela en tête.

Mais alors combien de temps pratiquer par jour ?

Ces derniers temps je change souvent mes routines de pratique.

Il est vrai qu’une question me revient souvent, c’est une question qu’énormément de guitaristes se posent et que je me pose toujours :

« Combien de temps et comment pratiquer pour être le plus efficace possible et ainsi atteindre nos objectifs avec aisance. »

Une chose est sûre.

Plus vous en faites avec sérieux, que votre dévotion et que votre passion grandissent, plus votre objectif se précise.

Je vais ici vous conseiller quelque chose de plutôt simple.

Définissez votre objectif, ce que vous aimez et ce qui vous pousse à avancer dans la musique et sur votre instrument puis écrivez tout cela sur papier.

Lisez des biographies de vos guitaristes préférés, regardez leurs interviews.

Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir accès à des tas d’informations.

Quel est votre état d’esprit en ce moment ?

Est-ce que vous êtes décontenancé devant la difficulté que vous vous faites de l’apprentissage de la guitare ?

Mais en réalité il suffit simplement de faire un petit pas suivi d’un autre pour avancer vers vos objectifs de jour en jour.

Pratiquer une à deux heures par jour avec sérieux me parait être un bon point de départ si vous n’avez pas toutes vos journées de libre et que vous avez un travail ou un emploi du temps prenant.

Le problème de beaucoup de gens est de considérer qu’il faut choisir entre un travail ou la guitare et il s’agit là d’une erreur grossière de penser ainsi.

On a accès à beaucoup de divertissement aujourd’hui.

Néanmoins votre distraction principale peut devenir la guitare si vous voulez aller au maximum de votre potentiel.

Il y a évidemment des jours où on ne se sent pas à l’aise sur sa guitare et des jours où on a l’impression de se surpasser et où on est très fier de nous.

Cela fait partie du jeu et vous devez être conscient que vous êtes responsable de cet état.

Un mauvais jour se traduit par un coup de mou, ça arrive.

Un problème qu’on peut rencontrer en intellectualisant trop ou en rationalisant trop notre pratique est de ne se fier qu’à l’aspect physique et terre à terre de l’instrument qui est évidemment essentiel.

Il s’agit là des fondations comprenant la technique pure, l’assimilation de nouvelles notions etc…

Et il s’agit évidemment du plus gros du travail et il est essentiel de maintenir son énergie dans ces domaines et de le maintenir stable lorsque le niveau atteint est en accord avec nos objectifs.

Ensuite on peut aller plus loin et trouver de nouveaux moyens d’expressions et développer une identité musicale solide.

Néanmoins le plus gros du travail est psychologique avant tout.

Lorsque vous commencer à régler peu à peu ces problèmes et à être davantage conscient de ce que vous voulez vous savez quoi faire et où vous diriger.morceau-de-musique

Votre pratique physique suit alors son cours avec davantage de cohérence et de rigueur en s’adaptant à vos réelles aspirations et à ce pour quoi vous êtes fait étant donné que dans la musique il y a énormément de possibilités.

Mais vous ne pouvez pas tout faire à la fin.

Néanmoins avant de découvrir précisément ce qui vous convient réellement, il vous faudra apprendre et explorer les moindres recoins de ce qui pourrait potentiellement vous intéresser et même ce en quoi vous ne portez pas forcément d’intérêt actuellement.

J’ai eu une période durant laquelle je travaillais le flamenco, je me suis vraiment concentré là-dessus pendant quelques semaines pourtant d’un point de vue technique, c’était tout nouveau et je suis encore loin de maîtriser ces techniques.

Je me suis ensuite remis sur mon électrique et laissé le flamenco de côté, le résultat fut que toutes mes techniques de jeu aux doigts ainsi que certains aspects rythmiques furent grandement améliorés.

C’est un bon exercice pour sortir de sa zone de confort et apporter des nouveautés à son jeu.

Laissez libre cours à votre intuition et ne refoulez pas vos désirs.

Si un style particulier vous fait vibrer, plongez-y et voyez ce que vous pouvez en tirer pour l’adapter à votre propre jeu.

Ouvrez-vous à tout dans un premier temps dans une phase d’expansion puis refermez-vous et ne gardez que le meilleur.

Ainsi vous construirez votre propre jeu avec uniquement ce que vous aimez et ce qui vous fait vibrer.

Et maintenant comment atteindre vos objectifs ?

Comment atteindre vos objectifs à la guitare ?

Lors de notre pratique il peut souvent nous arriver à nos débuts et jusqu’à un certain point de perdre patience et de nous déconcentrer, ce qui n’est pas du tout propice à une pratique confortable et productive.

On va alors se remettre en question et nous dire qu’on n’y arrivera jamais et qu’on n’est pas fait pour ça…

Toutes ces pensées et manière d’aborder la pratique vont nous décourager et nous empêcher de progresser et c’est pourquoi il faut apprendre à ne plus en tenir compte.

Pour corriger cela il faut développer sa vigilance intérieure et observer ce qu’il se passe en nous pour ne pas sombrer dans le découragement.

On va voir quelques astuces pour développer ces facultés utiles.

1. Repérez les moments de relâchement et de mauvaise pratique

La première étape est d’apprendre à repérer les moments où on relâche nos efforts par flemme de travailler quelque chose que l’on ne maîtrise pas encore pour se reposer sur un acquis.

Cela ne se fait pas automatiquement mais à force de prendre cette habitude, on repère de plus en plus ces moments et on se met à adopter une pratique bien plus bénéfique et efficace.

Et on prend ainsi le temps de nous intéresser à de nouvelles choses.

La pratique procure certes beaucoup de plaisir mais pour arriver à nos fins et atteindre le niveau que l’on veut, il nous faut prendre plaisir dans tous les aspects de la pratique, aussi mécanique et répétitifs (voir simplement analytique) soient-ils.

Si on comprend et on sait pourquoi on pratique d’une telle manière pour avancer intelligemment dans notre pratique il est alors plus simple de s’astreindre avec sérieux et concentration à des exercices et à des notions essentielles.

Une manière efficace de ne pas s’éparpiller est d’aller droit à l’essentiel est de se dire que l’on ne peut se permettre de pratiquer à la légère et de se laisser aller à des futilités sous peine de quoi notre niveau ne décollera pas.

Cela ne veut pas dire que notre pratique va devenir ennuyante, non, bien au contraire.

C’est en raisonnant et en devenant intransigeant avec nous même lors de notre pratique que l’on va faire les plus grandes découvertes et les plus grands progrès sur notre instrument.

Il ne faut pas laisser les choses au hasard et se dire que l’inspiration vient et apparaît aléatoirement selon les personnes car c’est évidemment faux.

accords

2. Utilisez votre temps de manière intelligente

La capacité à obtenir l’inspiration et à être créatif se travaille.

Et ce travail se fait de manière quotidienne, même 30 minutes utilisées intelligemment peuvent faire une énorme différence de résultats entre deux pratiquants.

Le temps est une chose précieuse, il ne faut pas le gaspiller inutilement.

Mais mais il ne faut pas non plus s’en vouloir de n’avoir pas toujours usé de son temps correctement durant une période et se pardonner de faire des erreurs à ce niveau-là car cela fait partie du processus d’apprentissage de la guitare.

Apprends à contrôler le temps qui t’est imparti et tu atteindras plus rapidement tes objectifs.

3. Créez-vous une vision profonde

Même si le bout du chemin n’est pas comme la vision que tu en avais initialement, il y a énormément à apprendre en cours de route et pas seulement théoriquement et techniquement mais aussi personnellement.

Commencez à mettre-en place une pratique quotidienne si cela n’est pas déjà fait.

C’est le meilleur moyen de dire adieu aux prises de têtes et aux découragements que l’on peut ressentir sur notre guitare lors de notre pratique alors pense-y.

Ne t’imagine pas jouer comme un dieu demain, essaie simplement de jouer de la manière la plus sincère et la plus authentique qui soit même dans de simples exercices basiques au jour le jour.

Il faut que vous vous fassiez plaisir sur votre guitare, c’est le but !

Le feeling passe par les doigts et l’énergie qui y circule.

4. Repérez vos points faibles

Si un point faible vous bloque, remettez les choses à plat et préparez vous à un nouveau départ sans ressasser les erreurs du passé mais en apprenant simplement de ces dernières et en tirant des conclusions strictes et précises auxquelles tu te tiendras.

Ce travail ne se fait pas en un éclair, mais régulièrement et quotidiennement et lorsque l’on se rend compte que le chemin est simplement bon pour nous et nous rend heureux, on n’hésite pas à continuer et à essayer de progresser au jour le jour.

Certes, cela demande au départ de se bouger mais crois-moi cela paye, peu importe votre niveau et votre âge actuel.

Il faut se fixer des objectifs sur mesure et adapter notre pratique à nos attentes, puis nous pouvons nous autoriser à rêver aussi, cela nous permet de continuer avec enthousiasme dans notre cheminement et de progresser encore davantage sur ce chemin passionnant.

Si tu ne l'as pas déjà fait : réponds à ce mini quiz qui va te permettre de faire un point sur ton niveau et de prendre conscience de l'état d'esprit à adopter pour aller de l'avant dans ta pratique (durée estimée : 1 min).

A la prochaine.

Luc
Top